Comble du cynisme, F1, humour noir et crise financière

Publié le par Patrice Dusablon

En 1981, l’étudiant japonais Issei Sagawa qui réside à Paris mange sa petite amie. La chambre d’accusation rend une ordonnance de non-lieu au motif que monsieur Sagawa n’était pas responsable de ses actes. Rentré au Japon, Issei Sagawa devient une vedette. Il écrit des livres, raconte comment il avait assaisonné la viande humaine avant de la manger. Pire encore, il tourne une publicité pour des restaurants de viande. Le comble du cynisme.

 

Le comble du cynisme ? Peut-être plus pour longtemps.



 

Au début de la saison 2009 sur Europe 1, Flavio Briatore avait déclaré que Fernando Alonso resterait chez Renault car il savait que l’herbe y était plus verte pour lui qu’ailleurs. Maintenant, tout le monde sait officiellement à quel point l’herbe était plus verte chez Renault qu’ailleurs pour le petit toro des Asturies !

 

Alonso pourrait d’ailleurs bien coiffer Issei Sagawa au poteau dans la course au titre de champion du monde du cynisme. Après avoir tenu un rôle de premier plan des les spy-games contre Ferrari en 2007 puis acquis la victoire au Grand-Prix de Singapour 2008 grâce à un hold-up, le petit toro va probablement driver le cheval cabré avec le soutien de la Banque Santander. Un pilote au cœur de malversations gravissimes emblème d’une banque, on aura décidément tout vu dans la crise financière ! 



 

Une analyse signée l’infiltré

Commenter cet article