Quand passion et raison vont de pair

Publié le par Patrice Dusablon

Par Patrice Dusablon et Thierry Le Bras

 

Comme pressenti depuis quelques semaines, Kimi Räikkönen représentera bien les couleurs de Citroën et de Red Bull en WRC pour la saison 2010. Plus précisément, Kimi a signé un contrat avec le Junior Team de Citroën. Ces deux Citroën C4 WRC seront confiées à Kimi Räikkönen / Kaj Lindström (le copilote de Räikkönen lors de ses quatre derniers rallyes) et Sébastien Ogier / Julien Ingrassia. Le contrat, d’une durée d’un an, porte sur 12 des 13 manches de championnat WRC. Le salaire de Kimi serait de 75 000 euro par course, avec une prime de 25 000 euro par course terminée dans les points. Un salaire bien modeste en comparaison de ce que la F1 lui offrait, preuve qu’il en a assez des magouilles et « politicailleries » de la F1. Il préféra assouvir sa passion de la course en courant « pour des peanuts » dans une discipline dont la dimension humaine convient mieux à sa personnalité.

 kimi loeb

En 2010, Citroën alignera deux champions

 

Le choix du Rallye par Kimi est certainement un choix de cœur, car pour beaucoup d’amateurs de sport automobile, de types et de filles dont c’est la vie, le Rallye, le Rallye, c’est la Course, la vraie.  « J’ai toujours eu le désir de courir dans cette discipline, et plus particulièrement en Championnat du monde, à un moment ou à un autre de ma carrière. Grâce à Red Bull, j’ai l’opportunité de conduire la Citroën C4, la meilleure voiture du plateau. C’est un nouveau challenge qui s’offre à moi mais c’est aussi très excitant. Pour l’instant, nous avons conclu un accord d’un an et nous déciderons par la suite si il se poursuit ou non. J’ai vraiment hâte de monter dans le baquet de la C4 et surtout j’attends avec impatience le premier rallye. »

 

Citroen-Livrea-Red-Bull1.

 

Mais ses fans se doutent bien qu’il s’agit également d’un choix de la raison. Las des activités promotionnelles à en plus finir de la F1, de l’acharnement de la presse spécialisée et probablement outré de s’être fait voler son baquet par le « premier double champion payant » de l’histoire de la F1 – un hold-up dont le produit se transforma de surcroît en récompense incroyable attribuée peu après la révélation de l’implication de son bénéficiaire dans une nouvelle malversation impunie, une vilénie qui aurait pu tuer cette fois et qu’’il n’est pas exagéré de qualifier d’une des plus grandes escroqueries de toute l’histoire mondiale du sport - , Kimi a choisi une discipline où le pilotage reste l’activité principale du pilote et où la presse est moins présente et généralement moins soumise à certains intérêts particuliers, processus d’accréditation et lobbying politico-financiers s’y révélant moins pressants. Bref, une discipline dont les valeurs et la philosophie cadrent parfaitement avec la personnalité de Kimi et son approche du sport automobile.

 

y1pLOM 6VhRsgWQtOuvBhVUpG91vSoVIUpTz7VCU8fPPeucIEr 996Yp Qf

 

En effet, le milieu du rallye reste beaucoup plus simple et beaucoup plus modeste que celui de la F1. Peut-être parce que la difficulté de la discipline incite les pratiquants à l’humilité. Peut-être parce que les sites naturels ne sont pas propices aux futilités mondaines, à la mise en valeur des dernières conquêtes des Briatore et consorts perchées sur talons aiguilles ou I-Pode vissé à l’oreille. Dans la neige ou la boue, les « m’as-tu vu » qui chassent les objectifs de la presse people n’ont pas leur place. Seuls les vrais passionnés de compétition qui acceptent de marcher dans la nature, qu’il pleuve, vente ou neige, pour voir les meilleurs pilotes dans l’exercice de leur art suivent des rallyes. Celui qui préfère la coupe de Champagne – un nectar délicieux d’ailleurs – ou les verrines branchées de l’espace VIP n’iront pas se salir les chaussures et les bas de pantalons au bord des routes de rallye, c’est certain. Enfin, on n’a jamais entendu des spectateurs de rallye cracher sur le site historique de Magny-Cours parce qu’il y manque d’hôtels 5 étoiles.

 

KIMI DERAPANT

 

Mais surtout, les voitures vont vite, très vite et les pièges sont nombreux Soit d’excellentes conditions pour permettre à Kimi de mettre à profit son talent de pilote naturel. Kimi s’est adapté au monde de la F1 avec une rapidité incroyable malgré sa faible expérience en monoplace à l’époque. Personne de doute que Kimi saura encore nous montrer son art du pilotage. Surtout pas Daniel Elena qui annonce «quil (Kimi) apprendra plus vite que la plupart d’entre nous ne le pensent ». En rallye, le pilote atteint des vitesses incroyables entre les obstacles naturels et sur des revêtements aussi imparfaits que changeants. En rallye, le pilote et son navigateur prennent  des risques énormes et l’accident grave reste toujours possible. Kimi a déjà appris à ses dépens, lors du dernier rallye de Finlande que la sortie de route, le carton, guette le  moindre excès d’optimisme.


 

En rallye, il faut savoir survivre en univers hostile, celui d’éléments naturels déchaînés, de la machine qui ne fonctionne pas parfaitement partout et dont il faut quand même savoir tirer la quintessence sans jouer les enfants gâtés ni les pleureuses capricieuses et indignes. Il faut savoir anticiper aussi et jouir d’un très grand talent naturel. Survivre en milieu hostile, Kimi y est habitué. Depuis deux ans, il a subi des campagnes de dénigrement d’une cruauté et d’une malhonnêteté inimaginables orchestrées par des nuisibles issus de mouvances troubles qui allèrent jusqu’à organiser des permanences sur le Net pour s’en prendre violemment à ses supporters 24 heures sur 24. Son grand talent naturel est une qualité que même ceux qui se sont acharnés dans le but non dissimulé de lui nuire et de lui faire perdre son baquet Ferrari n’ont pas osé lui dénier.

 

Rappel des faits

 

L’histoire d’amour entre Kimi et le rallye a débuté en 2009, à l’Arctic Lapland Rallye. L’Arctic Rallye, disputé du 22 au 24 janvier 2009, comptait 231 kilomètres d’épreuves spéciales sur neige et glace. L’épreuve est inscrite au calendrier du Championnat national de rallyes, ce qui lui assure un plateau de pilotes nordiques de haut niveau spécialistes du pilotage sur routes hivernales. Contrat rempli pour Kimi Räikkönen qui évite les fautes, attaque en évitant de se sortir, et se classe à une très honorable treizième place. Kimi Râikkönen pilotait une Fiat Grande Punto Abarth S 2000, une voiture à quatre roues motrices équipées d’un moteur 2 litres atmosphérique développant 280 cv et pesant environ 1.150 kilos. Kaj Lindstrom, ancien co-pilote de Tommi Mäkinen, quatre fois champion du monde des rallyes, annonçait les notes à Kimi.


 

Kimi venait se faire plaisir sur un type d’épreuves qu’il découvrait. Naturellement humble et raisonnable, il savait qu’il n’allait pas exploser les spécialistes de la discipline d’entrée. Il s’est amusé, il a appris, et il a enchanté le public. Les photos du Champion du monde 2007 en action montrent clairement  qu’il ne s’est pas contenté de faire du tourisme. Treizième au général, Kimi  termine ce rallye  premier des S 2000. Certes, son rival dans la catégorie a perdu du temps après une grosse faute, mais en rallye plus encore que dans les autres disciplines, il importe de ne pas sur-piloter et d’aller au bout sans partir à la faute. Mika Häkkinen, qui participait également à l’épreuve, termina 19ème.

 

KIMI VOLANT

 

Il n’en fallait pas plus pour que Kimi décide de récidiver rapidement. Kimi s’aligna à son deuxième rallye de la saison 2009. C’était au Vaakuna Rallye, une autre épreuve du Championnat de Finlande. Kimi pilotait la même Fiat Abarth Grande Punto IRC qu’à l’Artic Rallye au mois de janvier. Son navigateur était toujours Kaj Lindstrom. Kimi a réalisé un superbe début de course au Vaakuna Rallye avant qu’une sortie de route lui fasse perdre plusieurs minutes. Sorti du fossé avec l’aide de spectateurs, il terminait finalement 17ème. Il pilota aussi au Rallye Della Marca, en Italie, où il fut victime d’un ennui mécanique qui le fit sortir de piste.

 

Mais c’est au rallye de Finlande, une manche de WRC, que Kimi bluffa tous les experts de la discipline. Räikkönen a piloté une Fiat Abarth Grande Punto S2000, moins puissante qu'une C4 WRC, au rallye de Finlande cet été, réalisant des chronos très encourageants jusqu'à son abandon sur sortie de route, le samedi, alors qu'il pointait à la 15e place du classement général.


 

Un de ses futurs équipiers, le sextuple champion de la discipline, Sébastien Loeb, fut tout simplement épaté par les performances de Kimi. “Il était vraiment dans le coup, il était à seulement une seconde de Juho Hänninen et des meilleurs pilotes de sa catégorie. Réussir en Finlande lors de sa première participation est vraiment très bon, cela montre qu’il était confiant. Pour faire ce type de rallye il est nécessaire d’avoir de  bonnes notes. Il allait vraiment très vite, et j’ai été surpris, il a réussi à rester sur la piste jusqu’à samedi. Ce qui lui ai arrivé, peut arriver à n’importe qui. “ Il suffit de voir les photos du Rallye pour comprendre ce que Loeb veut dire. Pour voir d’autres photos de Kimi en rallye, vous n’avez qu’à cliquer ici Kimi Rallye 2009 .

 

Une claque pour la F1?

 

La perte d’un pilote de la trempe de Kimi est-elle une claque pour la F1? C’est du moins ce que pense Olivier Quesnel, le patron de Citroën Racing. « Ce serait un beau pied de nez à la Formule 1 » a déclaré le directeur de Citroën Racing à L’Equipe. « Il n’y a rien de signé, je n’ai jamais eu Räikkönen au téléphone mais il y a plus qu’un bruit, il y a une possibilité. Dans tous les cas, ce ne sera pas dans le team officiel mais dans le Junior Team. C’est un très grand pilote et il n’a pas été champion du monde par hasard. Ce qu’il a fait en Finlande était étonnant, au volant d’une S2000. S’il vient en WRC, on sera ravis, et ce sera aussi une très bonne nouvelle pour le rallye en général. » Une chose est sur, l’arrivé de Kimi en WRC apporte donne un nouveau souffle à la discipline, qui souffre des départs de Subaru et Suzuki.

 

 

Des pilotes de F1 dans des voitures de rallye de nos jours, c’est rare, très rare. Les contraintes d’emploi du temps limitent ce genre d’expériences, sans compter les clauses des contrats qui permettent peu d’extras aux stars de la discipline reine. Pourtant dans le passé, des pilotes de F1 s’alignèrent en rallye. Tel fut le cas de Jim Clark, double champion du monde, au RAC 1966. Le piloté écossais pilotait une Cortina Lotus. Et si la course se termina par un abandon sur sortie de route, le pilote Lotus avait signé de très jolis chronos sur les pistes boueuses et glissantes avant de quitter le rallye.

 

Les fans de sports automobile plus expérimentés se souviendront également  d’une épreuve qui s’appelait les Mille Miglia. 1.600 kilomètres à travers l’Italie à des vitesses ahurissantes. En 1955, Stirling Moss prend le départ avec à ses côtés le journaliste Denis Jenkinson dont le rôle sera d’être selon ses propres termes « un deuxième cerveau pour s’occuper de la navigation ». Le navigateur annonce les virages et les pièges à son pilote. Une épreuve comme celle-là, ça s’appelle du Rallye avec des pilotes de F1 !

 

MOSS ET JENKINSON

MOSS AUX 1000 MILLES

 

Plus récemment, on peut souligner la participation de Robert Kubica au rallye sicilien Taormina-Messina. Le Polonais, qui rejoindra l’équipe Renault en 2010, menait la catégorie R3C le vendredi au volant de sa DP Motorsports Renault Clio R3. Il a cependant terminé le rallye dans un mur et a abandonné. Robert Kubica a également participé avec la même voiture au championnat de France des rallyes, au rallye de Var. Un autre pilote qui manifesta son intérêt pour le rallye fut Sébastian Vettel.

 

68190 Loeb09Fi09cm078

 

Sébastien Loeb a passé une partie du week-end avec l’Allemand Sebastian Vettel, pilote Red Bull en F1. « C’est la première fois que j’assiste à un rallye du Championnat du monde WRC et c’était fascinant », a dit Vettel, parrainé comme Loeb et Citroën Racing par la célèbre marque autrichienne de boissons énergétiques. « Ca va très vite et c’était super d’aller voir des épreuves spéciales, même si je regrettais de ne pas être au volant. Ca va presque aussi vite qu’en F1 », a ajouté l’Allemand, « mais il n’y a pas d’échappatoire ou de bac à sable. J’ai pu avoir quelques conseils de Sébastien Loeb, c’est lui le meilleur. J’ai encore beaucoup de choses à faire en F1 mais peut-être qu’un jour, dans l’avenir, je ferai quelques rallyes en WRC ». L’Allemand a plaisanté « Faire du rallye est fortement à la mode pour les pilotes de Formule 1 », dans les colonnes de Motorsport Aktuell, en faisant référence à Kubica et Kimi. Mais selon Bild, Christian Horner, patron de Red Bull, n’est pas prêt à laisser son prodige s’engager lors d’un rallye pour raisons de sécurité. Dommage!

 

Bref, si on considère qu’en parallèle une autre série, la NASCAR, semble de plus en plus attrayante pour les pilotes de renom, OUI, l’arrivé de Kimi en rallye doit sonner comme une gifle pour la F1. Vu l’exode actuel des constructeurs, si la F1 commence également à perdre ses meilleurs pilotes, Todt devra agir et vite! Car la F1 perd des plumes…

 

Simple aventure ou début d’une longue histoire?

 

Voilà la question que tous les fans de Raïkkönen se posent actuellement. Ce qui est certain, c’est que les pilotes F1 de Red Bull entendront certainement parler de Kimi lors de la période des transferts 2011. Admettons le, si l’association Ferrari/Alonso tourne au vinaigre comme ce fut le cas chez McLaren en 2007 – et comme le redoutent visiblement même les plus grands adorateurs de l’ex pilote Renault  - , Raïkkönen offre à Red Bull une excellente alternative à un Sébastian Vettel donné en partance chez les Rouges. Enfin, la possibilité d’aligner un duo Vettel/Raïkkönen est également alléchante pour Red Bull.

 

Mais Olivier Quesnel ne semble pas de cet avis "Nous ne demandons pas l’impossible pour une première saison, mais il est clair que s’il progresse et montre le bon niveau, alors il pourrait rejoindre la première équipe [en 2011]," a-t-il déclaré au magazine français Auto Hebdo. Il a cependant admis que si Kimi Räikkönen n’appréciait pas sa première saison en rallye, "peut-être qu’il retournera en Formule 1".

 

16034

Les fers de lance de Citroën…et Peugeot en 2010?

 

D’un autre côté, il faut souligner que l’association Loeb/Kimi laisse planer de belles spéculations. Peugeot n’ayant pas annoncé ses pilotes pour l’édition 2010 des 24 heures du Mans, les fans d’endurance rêvent déjà d’un duo du tonnerre chez Peugeot. Les calendriers de la course mancelle et du championnat de rallye n’entrant pas en concurrence, il est réellement excitant d'imaginer cette quatrième Peugeot 908 sponsorisée par Red Bull avec au volant Sébastien Loeb ET Kimi Räikkonen qui ne seraient pas contre l'idée de découvrir – pour l’un – et de recourir – pour l’autre - cette épreuve mythique.

 

Un champion du monde de F1 associé à un champion du monde WRC pour courir les 24 Heures du Mans, voilà qui nous ramène 35 ans en arrière, à l’époque Vintage et bénie ou un pilote pouvait aussi bien courir en F1 qu'en Endurance et même en Rallye. Et tant qu’à rêver, pourquoi ne pas penser que le troisième pilote pourrait être le jeune prodige allemand Sébastian Vettel ? Un trio de pilotes qui pourraient se montrer particulièrement efficaces maintenant que les épreuves d’endurance se courent au rythme endiablé d’un Grand-Prix ! Si l’hypothèse n’est actuellement qu’une simple rumeur, avouons que ce serait en tout cas une erreur stratégique et marketing majeure, tant pour PSA que pour Red Bull, de ne pas tenter de monter ce coup pour le moins explosif !

 

Mais pour l’heure, il est préférable d’apprécié les débuts de Kimi en rallye que de chercher à prédire ce qu’il fera dans deux ans. Son premier test à bord de la C4 se déroulera à l’Artic Lapland 2010, l’épreuve initiale du championnat finlandais qu’il avait déjà disputée l’année dernière. Tracé aux frontières du cercle arctique, ce rallye soumet les concurrents à des conditions extrêmes, sur un parcours particulièrement enneigé et sombre.

 

3239071395 9f7d6f3d2c

Kimi et son co-pilote 2009-2010

 

En 2010, cette expérience constituera une importance toute particulière, puisqu’il s’agira d’une véritable mise en jambe pour l’équipage finlandais, à 2 semaines du début de la saison WRC programmé en Suède. « Intégrer l’Arctic Rally dans notre programme a été un élément déterminant, » estime Kaj Lindström sur wrc.com. « Nous voulions vraiment l’inclure en tant que séance d’essais d’intersaison. C’est un rallye que Kimi et moi avons déjà disputé ensemble avec une Fiat, il en connaît donc les spéciales – plus ou moins – et ce sera une superbe opportunité pour lui d’améliorer la confiance qu’il a en son pilotage et dans les notes. »

 

L’autre expérience majeure que possède Kimi Räikkönen en rallye se limite pour l’instant au Rallye de Finlande qu’il a brillamment disputé l’été dernier. « Il n’a pas eu l’habitude d’écouter ou de travailler avec des notes depuis le Rallye de Finlande. Pour autant que je sache, les routes de l’Arctic cette année seront les mêmes que l’an dernier, nous pourrons donc utiliser nos anciennes notes et ce sera donc une préparation très utile, aussi bien pour la Suède que pour l’ensemble du championnat, » poursuit le copilote de l’ancien pilote de Formule 1. Avant l’Arctic Lapland Rally – prévu du 29 au 31 Janvier – Kaj Lindström et Kimi Räikkönen espèrent pouvoir effectuer une séance d’essais en Finlande, sur des routes qu’ils ont déjà parcourues ensemble l’an dernier.

 

Pour conclure, Confidentiel Paddocks tient toutefois à souligner sa déception de voir Kimi quitter la F1. Nous sommes très déçus de la façon dont les choses ont tourné avec Ferrari en particulier. Même si le rallye semble une excellente option pour lui, la façon dont il a porté Ferrari à bout de bras en 2009 malgré l’arrêt des développements laisse un air d’inachevé. Raïkkönen méritait l’opportunité de se battre pour un second titre… Peut-être en 2011!

 

Mais en attendant, Confidentiel Paddocks s’engage à suivre la carrière de Kimi peu importe où il sera ! Nous considérons Kimi comme un pilote d’exception et ses fans méritent que leur pilote favori soit couvert. Donc prochain rendez-vous : l’Arctic Lapland 2010.


 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Sab 28/01/2010 02:43


Salut patrice! Je suis bien contente moi aussi de pouvoir parler avec d'autre fans de Kimi Québecois. Ton blog est vraiment interessant et j'y passerais régulièremnt. J'espère pouvoir discuter des
courses en rally de Kimi avec toi très bientôt!

Passe une bonne journée,

Sabrina