Massa doit-il s’inquiéter?

Publié le par Patrice Dusablon

Par Patrice Dusablon

 

Nous avons beaucoup entendu parler des tensions potentielles entre coéquipiers et d’égalité de traitement ces derniers temps dans la presse, tant les duos de pilotes affichés par les équipes de pointes sont phénoménaux. On a beaucoup cherché des inégalités potentielles entre Hamilton et Button ou Schumi et Rosberg. Cependant, rien sur le duo à priori le plus bouillant de 2010, Alonso et Massa chez Ferrari. On s’en doute, la presse francophone ne s’en prendra jamais à « l’enfant chéri » directement. Ainsi, « l’entente cordiale » serait même signée entre Alonso et Massa et leur dispute du Nurburgring 2007 chose du passé.

 fernando_alonso_et_felipe_massa.jpg

 

Et pourtant, lorsqu’on regarde la guerre des mots que Ferrari vient de débuter avec Michael, il semble y avoir qu’un seul pilote qui compte et soit destiné à disputer le titre chez Ferrari en 2010. "Nous avons signé Alonso, qui a défié et battu Michael." déclara Piero Ferrari il y a quelque temps. Et Domenicali en rajoute dernièrement "L’année dernière, lorsque nous avons abordé le problème du remplacement de Felipe, nous avons pensé à lui car nous étions persuadés que Michael est un pilote extraordinaire et très fort. De ce point de vue, Fernando a tout ce qu’il faut pour le battre. Mais un pilote peut être le meilleur du monde, mais sans les meilleurs outils, même le meilleur du monde aura des problèmes pour gagner. Il est de notre devoir de lui donner la bonne voiture," confie-t-il. Ses seuls mots pour Felipe furent les suivants "Fernando et Felipe peuvent le battre, même s'il est encore très fort."

 

L’attitude très sereine de Fernando, qui garde une rancœur de sa défaite en 2007 face à Kimi et Hamilton, confirme mes soupçons. Du moins, ses propos m’on fait bien rire "Je n’ai jamais demandé à être un numéro 1 mais je ne veux pas être un numéro 2 et parfois c’est arrivé en 2007." Oubliant du coup qu’Hamilton était déjà devant dès son premier Grand Prix en Australie 2007, où McLaren a dû le faire passer devant Hamilton dans les puits (c.à.d. les stands). Ou encore l’enquête de la FIA du Grand Prix de Monaco 2007, dont McLaren préféra faire gagner Alonso alors que ces deux pilotes, sur des stratégies différentes, pouvaient revendiquer la victoire. Par ces propos, Alonso démontre tout simplement qu’il est sûr de son assurance anti-Massa pour 2010. Peut-être qu’il sait déjà qu’il n’aura rien à demander cette fois…

 

alonso briatore

Pas d’inquiétude, tout est arrangé

 

N’oublions pas en outre les propos tenus pas Alonso l’été dernier au sujet de son éventuel transfert chez Ferrari et d’une possible cohabitation avec Massa, bien installé chez les Rouges. L’Espagnol s’affirmait confiant car s’il allait chez Ferrari, Flavio (Briatore) aurait tout arrangé pour lui et qu’il ne se passerait pas ce qui l’avait embêté chez McLaren. Des propos à rapprocher de ce qu’avait déclaré Briatore au micro de Marc-Olivier Fogiel quelques semaines plus tôt sur Europe 1 : "ma Fernando, il sait qué l’herbé, elle est beaucoup  plous verté pour loui chez Renault qué ailleurs…" Des propos qui prennent toute leur signification après la révélation du crash-gate. Des propos qui donnent une idée de ce qu’a pu négocier le rusé Briatore une fois décidé à envoyer son vieux compère Fernando chez les Rouges grâce aux millions de dollars généreusement fournis par la richissime banque Santander pour lui acheter son baquet. Des propos bien peu rassurants pour Felipe.

 

Mais malgré tout, l’ambiance serait excellente depuis qu’il y a deux pilotes latins chez Ferrari selon Domenicali "C’est un environnement étincelant. C’est comme un jaillissement d’air frais qui apporte une nouvelle impulsion." Parallèlement, Jean-Louis Moncet annonce sur son blog les récents départs suivants de chez Ferrari :

 

- Iodrag Kotur : responsable de la logistique

- Gino Rosato : responsable de la logistique et de la sécurité

- Donato Coco : directeur du design des voitures de série

- Claudio Berro : directeur des opérations de course pour la Speedcar Series

- Myrthe de Boer : attachée de presse

 

Ajoutez à ça les départs fin 2009 de Gilles Simon, responsable moteur et électronique, de John Iley responsable aérodynamisme et de Michael Schumacher, on peut se demander ce que sent réellement « l’air frais »…

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Schuminette83 19/01/2010 12:20


C’est bien vrai tout ça peuchère. Depuis le début je le dis moi que le pauvre Felipe, il va se trouver marron dans l’histoire. L’autre là à qui la banque elle a acheté un baquet à prix d’or, ce
n’est pas pour que le VRP du monde de la grande finance de Santander, il soit à une seconde au tour de Felipe sur chaque circuit. Or, vu ce qui s’est passé à Barcelone dès la première course de
Romain Grosjean – Romain meilleur tour en course qu’Alonso Capone dès son premier Grand-Prix et en terre espagnole qui plus est – plus question de prendre de risque. Chez Renault, ils avaient
trouvé la solution. La voiture du pauvre Romain, elle a jamais plus marché après ça. Même des fois elle avait plus de freins. En passant, si chez Renault ils savent même pas faire freiner une
voiture peuchère, il faut surtout pas aller leur acheter des Clio ou des Twingo. Ou alors, gare aux accidents, aux vrais accidents, pas ceux que Franck Nitti-Briatore et Alonso Capone, ils
utilisent pour faire semblant d’être bons.

Dans les tests karting à Madonna en Italie les jours derniers, notre Felipe se battait devant avec Fisico, Hayden et Stoner. L’autre-là, il était derrière à la lutte avec un certain Dudu. C’est F1
live qui l’a révélé et on peut être sûrs qu’il y a plein de médias, ils vont cacher ça je vous le dis moi. Felipe contre l’autre là sans trucage, tout le monde sait ce que ça donnerait, un résultat
pas dans le sens de ce que paye Santander avec ses semi-remorques pleins de gros billets.

Cette année, mon cœur va balancer entre Schumi chez Mercedes et Felipe en Rouge. Allez, je peux bien vous le dire, j’ai quand même une petite préférence pour Schumi et j’ai du mal à pardonner à
Ferrari d’avoir pris l’autre-là. Mais comme dit mon oncle Roro : ma pauvrette, dans ce bas monde, tout le monde est à vendre même l’archevêque, alors chez Ferrari, t’étonne pas qu’ils ont vendu
leur premier baquet sans état d’âme.

Il y a un truc qui me fait bien rigoler quand même. L’autre là, il a bénéficié de phénomènes bizarres pour démolir ceux qui étaient en travers de sa route sur les sites et dans les gros médias.
Lewis, Kimi, ils s’en s’ont ramassé plein la tronche les pauvres. Les gros médias, ils ont pas joué les arbitres, ils ont tourné à plein régime pour faire la pub à l’autre. Ils avaient tous Renault
pour annonceur faut dire. Kimi et Lewis, c’est foncièrement des gentils au fond. Ils font pas d’histoires. Mais avec mon Schumi, ça va être autre chose. L’autre là, il a pas intérêt à lui chercher
des crosses. Schumi, quand quelqu’un le cherche dans les médias, il le trouve. La guerre dans les médias et les déclarations assassines, il maîtrise aussi bien que le pilotage, et c’est pas peu
dire, je vous le prédis moi.

Au fait quand est-ce que c'est que Franck Nitti-Braiatore arrive chez Ferrari pour que l'autre-là il soit bien sûr que l'herbe elle sera toujours aussi verte chez Ferrari qu'elle était chez
Renault?


cedric 18/01/2010 03:32


Je suis tout à fait d'accord avec votre article. J'irais même plus loin en disant que le départ de Raikkonen de chez Ferrari était une condition nécessaire à l'arrivée d'Alonso. Sinon comment
expliquer que Massa convalescent (on ne savait pas encore s'il reviendrait au niveau ou pas) soit préféré à Raikkonen excellent en fin de championnat. On peut se demander au vu de ce qu'a payé
Ferrari à Raikkonen pour son année sabbatique s'il n'aurait pas été mieux de financer la remise en forme de massa tout en gardant Raikkonen pour sa dernière année de contrat. Massa serait revenu
l'année suivante et Ferrari aurait été rassurée quant à ses performances tout en alignant une paire magique cette année (Alonso/Raikkonen). Malheureusement, cette vision des choses n'a pas été
retenu. Qui en avait peur ? Ferrari ou Santander ? en tous cas pas Raikkonen qui lui voulait honorer son contrat.


Patrice Dusablon 20/01/2010 03:09



@ cedric


Premièrement bienvenu sur le blog. Et surtout, bien dit!


 


Je suis persuadé que l’éviction de Kimi, comme celle de Schumi des stands de la Scuderia, étaient des conditions nécessaires à l’arrivée d’Alonso chez Ferrari. L’arrivée d’Alonso chez
Ferrari, prévue initialement pour 2011, fut précipité, notamment par des événements comme le Crashgate et l’accident de Massa. Et c’est justement ça que je m'inquiète pour Massa. Des mois à
l’extérieur de la Scuderia, Massa y a perdu de son aura. J’ai lu qu’il était encore en convalescence, malgré sa récente apparition en Ski au Wroom. Un climat propice à l’arrivée de la nouvelle
vedette de Santander… Regardez aujourd’hui. On dirait qu’il n’y’a qu’Alonso qui va à l’usine et communique pour Ferrari. Massa semble oublié… ou ignoré?


 


Pour Kimi, c’est certain qu’il n’avait pas peur d’être l’équipier d’Alonso, il l’a souvent mentionné dans la presse. Comme il n’avait pas peur d’aller affronter Hamilton chez McLaren, pour
avoir négocié avec eux. Mais son arrivée en Rallye est la plus belle preuve du sang froid de Kimi. Il doit tout apprendre, refaire ses preuves et se montrer persévérant malgré une période
d’apprentissage qui risque d’être difficile, bien que je ne doute pas de son succès. Pas mal, pour un pilote qui fut taxé de fainéant par la presse ou des pilotes « éternel
2ème » comme Coultard!


 


@ Shuminette83


Vous avez bien raison! Sur le coup je me demandais qui était ce Dudu??? Mais c’est bel et bien ce qui est écrit ici http://fr.espnf1.com/f1/motorsport/story/6807.html En fait, Dudu est le jeune frère de Massa… Massa à gagné les deux course de Kart. Deux
courses qui comprenaient Massa, Alonso, Fisico, Stoner (MotoGP), Heyden (MotoGP), … et Dudu! Alonso termina avant dernier de la première course devant…Dudu! Lors de la seconde, il s’offre un
accrochage avec… Dudu! Avec qui il était en lutte pour une position. Alonso n’a pas réagit comme au Nurburgring 2007 avec Massa…heureusement pour Dudu!