À l’approche d’Halloween

Publié le par Patrice Dusablon

Par Thierry Le Bras

http://circuitmortel.hautetfort.com

 

Voici venir le temps d’Halloween, le moment de célébrer Jack-o’-lantern. Sorcières, lutins, fantômes hantent traditionnellement la nuit du 31 octobre au 1er novembre. La terreur précipitera les plus peureux sous leur lit tandis que d’autres feront des offrandes sous forme de sucrerie en espérant s’attirer la bienveillance des esprits.

 

La course automobile représente un univers de rigueur où la technique et les calculs mathématiques tiennent une place essentielle. Pourtant, les superstitions y restent très présentes. Et certaines histoires troublantes confortent la vraisemblance d’authentiques malédictions mécaniques.

 

 

Pour preuve, le destin dramatique de James Dean et la série de catastrophes qui s’abattirent sur sa Porsche 550 comme autant de coups de tonnerre résonnant au rythme de la jalousie des Dieux. Car si tout le monde connaît les circonstances de la disparition tragique de l’icône de toute une génération, le sort incroyable de la Porsche dans laquelle il trouva la mort reste plus confidentiel. Une histoire stupéfiante qui fera réfléchir aux superstitions qui hantent les paddocks…

 

Halloween rattrape Hollywood

 

L’acteur américain James Dean adorait la course automobile, peut-être plus encore que le cinéma. Après quelques belles courses au volant d’une Porsche 356 Speedster, il se laisse tenter par un spyder 550, une véritable petite bombe.

 

Le 30 septembre 1955, James se rend à une course à Salinas. L’ère des plateaux et des camions d’assistance n’arrivera que bien plus tard. L’acteur conduit lui-même son bolide jusqu’au circuit. Soudain, une voiture de tourisme lui coupe la route. Le choc est inévitable. La vie de James Dean s’arrête. Il n’est pas responsable de l’accident, pas plus que sa Porsche. C’est le conducteur d’en face qui a manqué d’attention et commis une maladresse incroyable.

 

 

Que va devenir la Porsche de James Dean ? Un acheteur se présente. Il s’appelle George Barris. La voiture se détache du camion sur lequel elle est chargée et casse la jambe d’un mécanicien.

 

Des pilotes rachètent des pièces détachées. Un se tue en course. Un autre est victime lui-aussi d’un accident. Puis un troisième sort de la piste à la suite de l’éclatement simultané de deux pneus neufs provenant de la machine de l’acteur pilote. Incroyable !

 

La voiture est exposée sur un circuit californien pour une campagne sur la sécurité routière. Elle glisse de l’estrade et blesse un adolescent. Le local brûle et toutes les voitures qui y sont exposées sont détruites, sauf la Porsche. Le sort se déchaîne à nouveau au moment de son chargement sur un camion plateau. Un homme meurt pendant la manœuvre.

 

Hasard, coïncidences, malédiction ? La série ne s’arrête pas. Les freins du camion qui transporte l’ex Porsche de James Dean lâchent. Le poids lourd défonce une devanture.

 

Que penser de cette série noire ?

 

La Porsche sera finalement brisée en onze morceaux lors d’une exposition. Puis elle disparaîtra mystérieusement durant un voyage en train vers Los Angeles. Fit-elle le bonheur d’un collectionneur prêt à tout pour se l’approprier ? Frappa-t-elle encore ? A ce jour, le mystère reste entier.

 

 

Un chat noir particulièrement nuisible s’était-il installé dans le cockpit de la Porsche de James Dean ? Selon certaines légendes, le Diable s’abrite dans l’enveloppe d’un chat noir lorsqu’il descend sur terre pour user de ses forces maléfiques.

 

L’acteur pilote faillit bien lui échapper, pourtant. James avait commandé une Lotus MK IX à Colin Chapman, un bolide encore plus rapide que la Porsche, équipé d’un moteur Offenhauser d’Indycar. Hélas, la Lotus tarda à arriver. James Dean s’impatienta. Cinq Porsche 550 Spyder étant disponibles chez l’importateur américain de la marque de Stuttgart, il se laissa tenter. La Lotus finit bien par poser les roues sur le sol US, mais après le décès de celui qui l’avait commandée.

Commenter cet article